Les employés Français mettent leurs entreprises en danger en se révoltant contre le matériel obsolète.

Paris – 12 Avril2011 – Un étude inquiétante menée par Mozy, le leader mondial de la sauvegarde en ligne, nous montre que plus d’un employé français sur trois, viendrait à casser ou à échanger directement en magasin, son matériel informatique/téléphone professionnel, pour se le faire remplacer. Bravant non seulement le cycle de vie du produit dans l’entreprise, mais mettant aussi en péril les données conservées dans ces supports.

43% des employés déclarent que l’ancienneté de leur poste de travail a une influence néfaste sur leur efficacité, au travers d’incident tels que les pannes de matériel et la perte de données. L’étude menée par Mozy nous montre que c’est donc sans scrupules que certains d’entres eux, (1 sur 4 en Europe, 1 sur 3 en France, 1 sur 5 en Allemagne) ont recours à des stratagèmes extrêmes pour que l’on finisse par renouveler leur matériel. Ce qui n’est pas sans conséquences pour l’entreprise, qui bien souvent est confrontée à la perte des données contenues dans ces appareils. Les joyeux employés-casseurs, ne réalisent probablement pas les conséquences de leurs actes.

L’étude menée par Mozy, auprès de 3000 employés au Royaume-Uni, en France et en Allemagne nous montre que, de ces 3 pays, les français sont ceux, les plus enclins à avoir recours à ce genre de procédés pour arriver à leurs fins. Bien que les entreprises françaises possèdent du matériel plus récent que les entreprises anglaises, elles restent mauvaises élèves face à l’Allemagne qui utilise du matériel datant de 2 ans et 7 mois en moyenne contre du matériel âgé de 3 ans et 2 mois en moyenne en France. Ne parlons pas des anglais, qui, les pauvres, utilisent du matériel de plus de 5 ans !

L’étude nous explique aussi, que si les entreprises allemandes mettent à la disposition de leurs employées du matériel plus récent et plus régulièrement, c’est pour garder l’efficacité de leurs équipes.

L’étude nous montre que les employés français sont trois fois plus nombreux que les allemands à penser casser volontairement leur matériel électronique pour en avoir du nouveau, quand les allemands eux, sont plus enclins à croire à l’efficacité de leur hiérarchie, quand à la durée de vie de leur matériel.

Le plus inquiétant dans cette étude, reste le fait que les employés ayant indiqué que leur ordinateur de bureau était plus vieux que celui utilisé chez eux étaient deux fois plus nombreux à penser que casser leur vieux matériel était la meilleur solution pour en obtenir du nouveau. Pour toutes ces entreprises, qui n’ont pas de système de sauvegarde de données automatique pour leur matériel informatique, cela les expose à de gros risques de pertes de données cruciales pour leur fonctionnement.

Il est aussi intéressant de noter que plus d’un quart des participants à l’étude on constaté que leur employeur n’avait pas rafraîchit le parc de matériel High Tech aussi fréquemment qu’auparavant. Cela étant principalement dût à la stagnation de l’économie.

Le secteur de la finance est le plus impacté par l’utilisation de matériel obsolète impliquant des pannes de matériel, pertes de donnée ou juste du matériel lent.

Claire Galboix-Alcaix, directrice marketing EMEA chez Mozy commente cette étude:

" Les français attendent un certains niveau de vitesse, et de qualité lorsqu’ils utilisent du matériel informatique ou encore leur téléphone portable professionnel. Les salariés ne veulent plus être ralentis par du matériel lent ou défectueux, mais ne réalisent probablement pas les conséquences de leurs actes sur la performance de leur entreprise lorsqu’ils détruisent le matériel. Les données contenues dans l’ordinateur ou le téléphone, sont probablement plus importantes que l’ordinateur lui même et le casser enlève toute possibilité à l’entreprise de transférer ces données sur le nouvel appareil. La perte de données peut détruire une entreprise et, dans les circonstances économiques actuelles, aucune d’entres-elle ne peut se le permettre. »

“ Les salariés ont aussi besoin d’agir. Il est suffisamment difficile pour eux de travailler dans une entreprise où les ordinateurs sont si vieux qu’ils peuvent casser à tout moment mais, avec un quart des employés partageant l’idée qu’outre passer les règles est l’option la plus simple pour obtenir du nouveau matériel, il y a un vrai danger que ce matériel obsolète soit aidé à rejoindre les ordures plus rapidement que prévu. Pour se protéger de ce genre de pratique, les employés devraient s’assurer que leur ordinateur utilise un service de sauvegarde au moins une fois par jour, et d’autant plus lorsqu’il s’agit de matériel portable qui est utilisé principalement hors de l’entreprise et donc particulièrement vulnérable. »

Pour terminer, 10% des employés français révèlent avoir eux-mêmes investi dans du nouveau matériel pour le travail, particulièrement les salariés de petites entreprises. Ces employés seraient aussi moins enclins à penser à casser leur matériel pour en avoir du nouveau.

L’étude Mozy, menée par VansonBourne, a été menée auprès de 600 manager IT et 3 000 employés en France, Allemagne et au Royaume Uni en Janvier 2011. Pour plus de détails, cliquez ici.

À propos de Mozy

Mozy est le fournisseur d’accès et de sauvegarde des données pour particuliers et entreprises le plus fiable dans le monde, avec plus de six millions d’utilisateurs, comprenant 100 000 utilisateurs professionnels et plus de 90 pétaoctets de données stockées dans les divers centres de données du monde. Mozy a été acheté par EMC Corporation en 2007 et fonctionne comme un membre à part entière de Mozy International Limited, une société d’EMC. Plus d’informations sont disponibles sur mozy.fr.