Consommateurs et objets connectés, les nouveaux enjeux de sécurité

Les Français commencent enfin à être sensibilisés aux questions de sécurité informatique. Delà à déclarer que la protection de leurs données personnelles sur Internet est leur nouvelle priorité, il n’y a qu’un pas, et ce pas là semble justement sur le point d’être franchi.

Cependant, alors que les gens sont de plus en plus nombreux à se soucier de protéger leurs données numériques, de nouveaux acteurs entre en jeu et modifient  les comportements : il s’agit des objets connectés.

D’ailleurs, il est justement intéressant de noter, que les gens entretiennent un rapport assez paradoxal avec les objets connectés. En effet, alors qu’ils sont nombreux à émettre quelques craintes quant à leur vie privée, ils sont de plus en plus à céder aux nombreux avantages des objets connectés et même à s’équiper. Or, aujourd’hui encore, trop de personnes ont des comportements à risque.

Le fait est, que les internautes et autres nouveaux technophiles augmentent les menaces en donnant directement leurs données personnelles, et c’est là que réside la toute nouvelle problématique de la protection des données.

Avant tout, il est important de rappeler que la grande majorité des applications ne nécessite pas l’usage de données personnelles pour fonctionner. Ces applications, ont en effet simplement besoin de données, qui  sont issues des activités d’une personne lors de l’usage de ces-dites applications. Ainsi, ce ne sont pas des données personnelles et elles peuvent donc être librement utilisées.

Ces « données comportementales », envoyées par les objets connectés ou domotiques ne peuvent pas en théorie être reliées à une personne physique.

Or, depuis quelques temps, les objets connectés soulèvent de nouvelles questions en terme de sécurité : un réfrigérateur enverrait, par exemple, des spams sans que ses propriétaires ne le sachent. Dans le même ordre d’idée, on voit apparaitre, la crainte que des pirates informatiques puissent désactiver les freins d’une voiture ou détourner un avion à distance.

Ces scénarii sont-ils fantaisistes ou reflètent-ils de nouveaux enjeux de protections de données ?

Le frigo a déjà spammé, et la voiture ?

Que ce soit des routeurs de réseau à domicile, des centres multi-medias connectés, des téléviseurs, smartphones  ou même un réfrigérateur, ces objets connectés peuvent être contrôlés à distances et vidés de leurs données car ils restent simplement des objets connectés à internet.

Outre le fait que ces appareils soient encore mal protégés, ces failles de sécurité révèlent que les consommateurs sont des complices involontaires. Or c’est une fois que des dommages physiques sont à craindre (à travers le piratage d’une voiture) que le grands public prend conscience de l’importance de protéger ses données et de les rendre inaccessibles au moindre vol.

Ainsi, même si des menaces peuvent prendre forme avec les évolutions de nouvelles technologies, il reste primordial de proposer des garanties concrètes de sécurité ou encore de solution en cas de dégradation des données telle que la restauration de celles-ci.

 Alors que de plus en plus d’objets de la vie quotidienne sont connectés à internet, les consommateurs de 2014 comprennent que protéger leurs données est l’aspect primordial d’un usage serein de nos différents supports informatiques.